top of page
DJI_0499.jpg

ACTUALITÉ

ACTUALITÉ

Cérémonie du 14 juillet

Ce matin, place de la République, Lionnel Luca, maire de Villeneuve Loubet rassemblait autour des élus du conseil municipal et des chefs de service de l’administration municipale, les villeneuvois pour une cérémonie républicaine au cours de laquelle il a souhaité s’exprimer sur les complexités de la gestion d’une commune pour un maire et ses équipes, et revenir aussi sur les dernières attaques subies par les maires de l’Hay les Roses et de Pontoise.

Le maire a souhaité démarrer la cérémonie par le Chant du Départ, qui fût un hymne national, afin d’appeler à la réflexion sur l’engagement des citoyens pour leur pays.

Présentant les élus du conseil municipal et l’administration, le maire a fait part de l’exigence des citoyens envers les services municipaux et les élus : « aujourd’hui, on attend tout de la mairie ! Logement, emploi, modes de garde des enfants, délivrance des cartes nationales d’identité et passeport dont la compétence a été transférée des préfectures aux mairies, et ainsi de suite. Le maire se doit d’être le « Harry Potter », devant tout savoir et pouvoir tout résoudre immédiatement. Or c’est une course d’obstacles permanente pour satisfaire la population et nous sommes des cibles de proximité pour toutes les insatisfactions et les frustrations des uns et des autres ».

Ayant accordé une place privilégiée dans sa prise de parole à l’éducation et à la jeunesse, Lionnel Luca a rappelé quelques chiffres-clé, en présence de l’inspectrice académique invitée pour l’occasion que le maire a souhaité remercier pour le travail commun, rendant également hommage aux chefs d’établissements scolaires et enseignants.

« Oui, l’éducation relève en France de la compétence de l’Etat. Mais il y a longtemps que ce n’est plus l’Etat mais les communes qui doivent construire les écoles sur leurs seuls budgets. Par ailleurs, si l’éducation nationale met des enseignants dans les écoles, ce sont les municipalités qui prennent en charge les personnels qui travaillent à leurs côtés : ATSEM, agents périscolaires, agents de cantine. A Villeneuve Loubet, nous avons choisi de mettre un atsem par classe, lorsque nous ne pourrions en mettre qu’un par école. Mais cela a un coût ! Tout comme les animateurs qui viennent proposer des activités ludiques et pédagogiques durant le temps périscolaire ».

En tout, ce sont 110 agents qui travaillent pour le service Instruction Publique et Famille, soit ¼ des agents de la commune. Reliant le service Jeunesse (centre de loisirs) et le service Petite Enfance (crèches), le maire a rappelé que « les parents ne paient pas le prix, même pour ceux qui paient le plus ! Ces services sont donc déficitaires (350 000€ pour les crèches, 600000€ pour le centre de loisirs) et il n’est donc pas si simple de pouvoir satisfaire toujours tout le monde selon ses critères personnels ».

« Voilà pourquoi tout va bien quand on est maire ! » a conclu Lionnel Luca avant d’évoquer les agressions subies, notamment par les maires de l’Hay-les-Roses et Pontoise durant les émeutes urbaines, ainsi que les trop nombreuses dégradations de biens publics (écoles, mairies, médiathèques…). Le maire de Villeneuve Loubet s’est à nouveau montré révolté par « le silence de l’Etat et du Président de la République face à ces événements. Car quand les derniers remparts de la démocratie représentative sont attaqués comme dans une guerre civile et qu’il n’y a aucune réaction du chef de l’état, que peut-on encore attendre ? »

Reprenant une citation de Milan Kundera, « C’est extraordinaire, il n’y a qu’en France qu’on n’apprend pas à aimer son pays », Lionnel Luca a rappelé l’ensemble des actions mises en place par la municipalité auprès des jeunes mais aussi l’absolue nécessité de « rebâtir l’école de la République. A Villeneuve Loubet, nous souhaitons que tous les enfants soient privilégiés. Cela passe par l’amour de son école, de sa commune, de sa région et de son pays et par le fait de comprendre qu’il est tout aussi important de préserver la paix que l’environnement. C’est pourquoi nous avons mis en place le passeport du civisme pour les CM2, le diplôme de la citoyenneté au centre de loisirs et dès la rentrée les Gardiens de la République au collège. Mais aussi des possibilités de découvrir des activités sportives gratuites avec les Petits Musclés et culturelles avec les Petits Curieux. Nous sommes également la seule commune du département à avoir mis en place des médiateurs aux abords du collège pour sécuriser cette phase fragile de l’adolescence et veiller à la tranquillité autour de l’établissement ».

Concluant sur la nécessité de « se retrouver autour de ce qui rassemble », le maire de la ville a résumé l’action municipale par l’importance « d’apaiser la vie. C’est notre responsabilité mais elle ne peut s’exercer sans ordre républicain ! ».

Rappelant ses origines roumaines, Lionnel Luca a cité un message posté sur facebook à la veille du 14 Juillet par une femme résidant dans le village d’origine de son père : « La France, le pays qui a inspiré la démocratie, la liberté, la culture, les droits des nations et des peuples. Liberté, Egalité, Fraternité devait devenir la devise de la République Française et une phrase à valeur universelle dont de nombreuses démocraties occidentales s’inspiraient lorsqu’elles ont écrit leur Constitution » ainsi que les mots de son père : « ton pays n’est pas le pays d’où je viens. Ton pays, c’est celui qui nous a donné la liberté et la dignité de vivre ! ».

« Ici on ne se résigne pas et on a la volonté de bâtir ensemble dans ce pays qui a été une lumière pour le monde entier et où sur toutes les barricades de si nombreux pays on a chanté la Marseillaise pour défendre la liberté » a conclu le maire.

En présence de Bryan Masson, député de la Nation, Caroline Roose, députée européenne, Pierrette Alberici conseillère départementale, Marie Benassayag vice-présidente du conseil départemental représentant Charles-Ange Ginesy président du conseil départemental, des représentants d’associations patriotiques, des jeunes du service national universel, des jeunes élus du conseil départemental et de la Chorale en Scène qui a conclu la cérémonie par l’hymne national.





78 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Komentarze


bottom of page